Magali Desbazeille découvre la peinture à 3 ans, en 1974 ; gagne son premier prix de dessin à 8 ans, remis à l’Hôtel de Ville de Paris par Bernadette Chirac ; étudie aux Beaux-Arts à Paris, au Hunter College à New York, au Fresnoy à Tourcoing, mais pas à Berlin ; rencontre le compositeur Siegfried Canto, en 1999, sur Internet via le forum de l’Ircam, plante le système avec un document joint trop lourd, au moins 62 k ; collabore depuis régulièrement avec lui ; collabore avec la chorégraphe Meg Stuart, mais pas avec Paul Bocuse ; ses installations, performances, spectacles sont depuis diffusés en France, en Belgique, en Autriche, aux Pays-Bas, au Canada… ; au centre des arts d’enghien les bains, à la galerie Saatchi à Londres / exposition Wanderland-Hermès, au centre d’art motorenhalle à Dresde, la Ferme du Buisson, au Centre Georges-Pompidou, au CECN de Mons, au Z33, à la galerie Schirman & de Beaucé, à la galerie de l’Uqam, à la Maison européenne de la photographie… et même dans le Sud au centre d’art La Panacée de Montpellier ; devrait lire Les Mots et les Choses de Foucault, c’est prévu ; mais relit 3 279 fois le même livre, le soir, pour ses fils, à Montreuil où elle vit et travaille ; croise documentaire et fiction, arts visuels et arts vivants, nouvelles technologies et bricolage ; aimerait savoir ce que les gens cherchent vraiment… s’est demandée pendant longtemps ce que les technologies font aux langages, et actuellement, elle se questionne sur la quantification de l’inquantifiable dans nos grandes institutions…

Pour l’année 2016, elle est en résidence de création numérique à la Maison Populaire de Montreuil.

Elle travaille en ce moment sur les papiers peints statistiques comme support d’une idéologie politique.






Magali Desbazeille discovered pencils and paintbrushes in 1974, when she was 3 years old; when she was 7, she hesitated between becoming a drawing teacher or a pastry chef; when she was 8, she won her first drawing contest and received her award at the Hôtel de Ville de Paris from Bernadette Chirac; she studied at the Beaux-Arts in Paris, at Hunter College in New York, at the Fresnoy in Tourcoing, but not in Berlin; she met the composer Siegfried Canto in 1999, through Internet, on the Ircam forum, and froze the system with an attached document that was too big (bigger than 62k); she works with Siegfried regularly; works with the choreographer Meg Stuart, but not with Paul Bocuse; her installations, performances, shows have been seen in France, Belgium, Austria, the Netherlands, Canada…; at Saatchi Gallery / Wanderland exhibition by Hermès, at the art center Motorenhalle in Dresden, at the Ferme du Buisson, at the Mons CECN, at the Centre Georges-Pompidou, at the Maison Européenne de la Photographie, at Z33, at the Schirman & de Beaucé Gallery, at the Uqam Gallery… almost never in the South but recently, at the art center “La Panacée” in Montpellier; should read Les Mots et les Choses by Foucault (it's on the list); but reads and has reread 3,279 times the same book every night for her sons in Montreuil, where she lives and works; combines documentary and fiction, fine arts and performing arts, new technologies and tinkering; would like to know what people are really looking for; wondered for a long time what new technologies would do to language; and is now asking questions about how our major institutions quantify the unquantifiable…

She did a digital creation residency at the Maison Populaire de Montreuil in 2016.

She is currently working on statistical wall papers as support system for political ideology.