Vue de la performance « Généalogie d’une mobinaute latinisée »,
Centre d’art La Panacée, Montpellier 2013.

Magali Desbazeille découvre la peinture à 3 ans, en 1974 ; gagne son premier prix de dessin à 8 ans, remis à l’Hôtel de Ville de Paris par Bernadette Chirac ; étudie aux Beaux-Arts à Paris, au Hunter College à New York, au Fresnoy à Tourcoing, mais pas à Berlin ; rencontre Siegfried Canto, en 1999, sur Internet…et s’intéresse actuellement à la quantification de l’inquantifiable…


« …Pour la plupart des artistes de « Marelle », la mémoire est un accès privilégié à l’histoire, autant qu’une manière de mêler forme biographique et mythologie individuelle. Ils/elles cherchent un style d’enquête ou de décryptage qui leur permette de se mouvoir dans un paysage encombré. Le présent lui-même devient une matière historique, tel un dépôt de savoir. Magali Desbazeille élabore des scénarios de performance à partir d’une visualisation ambiguë (plutôt grinçante ou parodique) de matériaux d’enquête sociologique… » extait du texte pour l’exposition Marelle, Jean-François Chevrier, juillet 2026



ACTUALITES EN 2016 :
- mardi 20 septembre : participation au C2E, « quand le bug data transforme l’éducation, la formation et les apprentissages » à Poitiers
- mardi 4 octobre : Vernissage de l’exposition Entropie, commissariat de Vladimir Demoule et Marie Koch à la Maison Populaire de Montreuil. Création de l’installation numérique « L’année mondiale de l’indice postérieur net et du bonheur national brut » suite à ma résidence de création numérique.
- vendredi 22 octobre et samedi 25 novembre : performance « tout à fait satisfait, plutôt satisfait, pas du tout satisfait » à la Maison Populaire de Montreuil
- vendredi 9 décembre : finissage à la Maison Populaire de Montreuil
- samedi 10 décembre : performance « tout à fait satisfait, plutôt satisfait, pas du tout satisfait » à la Terrasse à Nanterre, dans le cadre de l’exposition « Données à Voir » commissariat de Thierry Fournier et Sandrine Moreau.

Pour Hermès, l’installation « tu penses donc je te suis », va tourner en Corée à l’automne 2016,

« 2064 ? » : dans le cadre du 1%, la commande de la préfecture de police de Paris, pour le commissariat de Livry-Gargan sera posé cet automne.



A VENIR EN 2017 :
- Jeudi 12 janvier 2017 : vernissage exposition « Marelle 3 » au centre d’art Le 116, à Montreuil. Commissariat Jean-François Chevrier et Elia Pijollet.

Toujours pour Hermès, l’installation « tu penses donc je te suis », va tourner eau Japon en janvier 2017… à suivre…

En projet : « l’Index des corrélations » dans le cadre du 1%, pour le Rectorat de Lille…



Performance view, La Panacée, 2013.



Magali Desbazeille discovered pencils and paintbrushes in 1974 when she was 3 years old; when she was 8, she won her first drawing contest and received her award at the Hôtel de Ville de Paris from Bernadette Chirac; she studied at the Beaux-Arts in Paris, at Hunter College in New York, at the Fresnoy in Tourcoing, but not in Berlin; she met Siegfried Canto in 1999, on Internet…


“Creating fiction-theories would allow us to experiment with the present differently, moving away from old theories that have become so effective that they hinder our thoughts concerning the world as it is becoming.”
Emmanuel Mahé, human sciences researcher at Orange Lab - extract from the publication R&C, burozoique/les éditions du parc/ENSAnancy.